Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 août 2011 7 07 /08 /août /2011 21:50

 

 

Arrivés au Leclerc, on se sépare : Océ et moi partons en quête de babioles à acheter pendant que l'Homme dépose les filles à la crèche gratuite du magasin.

Entre nous c'est génial comme idée. Placée juste en face des caisses, une salle fermée à l'aide d'un portail d'1m de haut regorge de jouets pour garçons et filles de tous les âges. Une jeune femme avec une voix toute douce accueille les enfants avec gentillesse et rassure les parents. Ouverte de 9 à 19h, non stop, cette crèche, totalement gratuite, permet aux parents stressés à l'idée du montant qu'ils vont claquer, de faire leurs courses en toute tranquillité, pendant que leurs n'enfants s'éclatent. Que du bonheur ! En plus, ça permet de faire de sacrées économies en bonbecks, jouets et autres demandes pleurnicheuses des bambins. Que du bonheur, je vous dis !

 

Océ et moi faisons nos petites emplettes ; l'Homme fait les siennes et on se retrouve tous les 3 sur le banc situé entre la crèche et les caisses. N'ayant rien d'autre à faire, on observe la population bigarrée qui se presse tout autour de nous.

 

Force nous est de constater que le blanc et rouge sont effectivement les couleurs officielles de la région. Un peu partout, on voit des jeunes (et des moins jeunes) tout de blanc et rouge vêtus. C'est normal car depuis vendredi et jusqu'à mardi c'est la fête à St Vincent de Tyrosse : la grande féria annuelle.

De la musique, des courses de vaches landaises (où les animaux sont respectés et bien traités contrairement aux corridas où le but est d'assassiner de magnifiques taureaux), des animations pour adultes et enfants, des spectacles. La grosse fiesta quoi !

Une fiesta qui rime avec alcool si on en croit le nombre de caddies plein de bouteilles, qui passent devant nous. Ça va boire sec ce soir, d'ailleurs certains jeunes hommes sont déjà bien atteint par une étrange maladie...La « j'arriveplusàmarcherdroit ».

 

J'ai bien envie d'une 'tite clope. Océ m'accompagne à l'extérieur.

Alors que nous sommes en train de papoter, nous entendons un jeune homme s'adresser à un autre dans une langue incompréhensible.

- Maman, ils ont un dialecte dans les Landes ? » demande ma grande fille.

- Oui probablement mais ce que tu viens d'entendre n'était pas la langue régionale officielle.

- Ah bon ? C'était quoi ?

- La langue des torchés. Même si je ne la pratique pas, je la reconnais facilement.

Et je me lance dans une parfaite imitation de cette langue bizarre que parlent tous les mecs bourrés : « Euh, je...euh...hips...pourquoi ? Euh...blurp ! Ch'sais pas ! ». J'imite tellement bien l'alcoolique chronique que nous éclatons de rire et devenons très vite le centre de l'attention de la bande de « Red and White » qui se trouve à côté de nous.

Oups ! Il est peut-être temps de rejoindre l'Homme baraqué, ceinture noire de karaté qui est le mien. Avec des mecs aussi imbibés d'alcool, la prudence est de mise.

 

Nous retrouvons l'Homme, riant encore comme 2 fofolles.

Franchement, nous ne passons pas inaperçus. Comment vous décrire nos dégaines ?

J'ai un chapeau de gardian blanc et noir sur la tête et une bouteille de rosé à la main, Océ a la coupe de cheveux de quelqu'un qui n'a jamais connu de brosse et l'Homme est coincé entre nous 2 avec une tête de 6 pieds de long parce qu'il fait chier comme un rat mort. Une famille de çengiz quoi ! Comme d'hab...lol !

 

Alors que nous sommes assis sur notre banc de maison de poupée à attendre que les filles se lassent de leurs jeux, une mamie passe à notre hauteur, en comptant sa monnaie.

Tout à coup, l'Homme rentre sa tête dans les épaules, tend la main et dit avec un accent Turc à couper au couteau :

«  Sivouplé Madame, oune tite pièce pourrrr manger. »

C'est si inattendu et si peu son style qu'Océ et moi éclatons de rire. Bien entendu, nous passons pour des tarées mais on s'en fout, dans quelques heures nous serons loin !

 

Bon, c'est pas tout ça mais si on veut encore manger avant de partir, il va falloir se bouger un peu.

On récupère les filles, pas vraiment motivées de devoir ranger tout le souk qu'elles ont réussi à mettre un peu partout, et hop, direction le MacDo qui se trouve juste à côté.

A peine arrivés, Alex se précipite dans la « boîte à jeux ». Ilayda veut bien aller jouer mais refuse catégoriquement de faire du toboggan. C'est noir à l'intérieur et elle a peur car elle n'en voit pas le bout.

Océ les rejoint pour gérer leurs jeux, l'Homme va chercher à manger et moi je profite des derniers rayons de soleil de la journée.

 

Plus l'heure de quitter la région avance et plus j'ai le cafard. Heureusement, je peux compter sur les filles pour me changer les idées. Des cris retentissent. Océ s'énerve et se met à râler avec sa petite cousine qui refuse de descendre par le toboggan.

Résignée, je les rejoins, règle le problème en menaçant Océ de lui « faire sa fête » si elle ne se calme pas et embarque une Ilayda terrifiée.

Bien décidée à lui faire passer sa peur du toboggan « tout noir », j'interpelle une miss MacDo et lui fait avouer qu'elle a déjà testé le toboggan. Elle rentre gentiment dans mon jeu et assure à la petite que le toboggan dont elle a si peur ne glisse presque pas.

Puis je lui explique que c'est normal d'avoir peur de ce qu'on ne connaît pas. La 1ère fois, c'est toujours difficile et ça fait peur à tout le monde mais je suis certaine qu'elle est capable de descendre ce petit toboggan de rien du tout. A force de mots et de cajolerie, elle va bravement dans la boîte à jeux avec la ferme intention de descendre par le toboggan honni.

C'est fou comme c'est simple d'expliquer les choses à un enfant qui n'est pas le sien. Avec mes filles, je me serais énervée et j'aurais fini par crier mais avec ma nièce, j'ai su rester calme et rassurante. Cherchez pas les filles, on est toutes pareilles !! Lol !

 

Moins de 5mn plus tard, j'entends un grand cri : « Tata j'ai descendu la toboggan !!! ». Qu'est ce que je disais ?

Au moins ces vacances auront servi à quelque chose...lol !

 

Nous mangeons nos infâmes menus et après quelques descentes (ben oui, une telle réussite mérite bien quelques essais supplémentaires, histoire de voir si elle peut réitérer un tel exploit), c'est déjà l'heure de partir. Cool, pile au moment où l'envie de vomir se fait sentir pour Océ et moi. Bizarre, non ? Hahaha !

 

Commence alors le voyage de retour. Un long voyage nauséeux au possible pour ma grande fille et moi. Et c'est rien de le dire...

En moins d'une demi-heure, les filles se sont endormies et dorment, empilées l'une sur l'autre. Ma grande Louloute cherche désespérément un sommeil qui la soulagerait de ses nausées et dort en pointillé, gênée de ne pouvoir étendre ses longues jambes de future Andriana Ex-Carembeu.

Moi je souffre d'un mal de crâne puissance 10 qui me vrille et me comprime la cervelle. J'ai l'impression que mes yeux vont jaillir de leurs orbites, pourtant je n'ai pas bu une seule goutte d'alcool depuis des lustres. J'ai maaaaaaal !

Résignée, je ferme les yeux (c'est pas mieux mais c'est pas pire non plus) et finis par piquer du nez. Je fais des cauchemars terrifiants de réalisme où tous les gens qui m'entourent vomissent une horrible mélasse verte qui pue ??? Je sais, c'est super bizarre comme rêve mais je suis malade, alors c'est normal que mes rêves le soient aussi.

Comme Océ, mais pour d'autres raisons, je dors en pointillé. A chaque nouveau cauchemar, je me réveille en sursaut, change de position et repart aussi sec au pays étrange des songes bizarres. Une vrai nuit de merde ! Heureusement que j'y suis habituée...lol !

 

Pendant ce temps, l'Homme roule. Grand maître de la route, il nous fait avaler les kilomètres et conduit notre C-Max d'un main sûre et ferme. Bref, il assure comme un chef !

De temps en temps, il fait une pause dans les aires de repos.

La nuit est déjà bien entamée quand nous profitons d'une halte pour mettre les puces en pyjama et faire une expédition familiale au WC. Beurk ! Ca pue, c'est crade et on utilise 1 bonne tonne de papier pour protéger nos chers postérieurs des microbes qui ont certainement élu domicile sur la cuvette d'un blanc douteux. Dégueulasse !

En passant devant les miroirs (tout aussi crades!) j'éclate de rire. Si vous pouviez voir nos dégaines ! Tordant !

Pour vaincre le froid polaire de cette nuit d'été, j'ai du superposer les couches de fringues. Le résultat est hilarant. J'ai devant moi 4 manouches de la pire espèce. C'est bien simple, même sans morve au nez, si une roulotte passe par là, on est bonnes pour finir dedans...hahaha !

 

A peine installées, les filles se rendorment, toujours aussi empilées qu'avant mais cette fois-ci c'est Alex qui est dessous. J'ai même fait des photos avec mon mobile. Si vous êtes sages, je les posterais...

 

Le manège du « je dors, je cauchemarde, je me réveille » reprend au son de la musique de l'Homme. Il enchaîne les km en écoutant un vieux CD que j'ai fait il y a quelques années. Ça va de « Akon » à « Zazi », en passant par « AC&DC », « « Getta », « Ramjam » et « Goldman ».

Et toujours à fond les watts !

Perso, ça ne me dérange pas, j'ai des goûts très éclectiques en matière de musique et les filles sont si crevées que même une explosion ne pourrait les réveiller.

 

Je devrais avoir honte de dormir alors que l'Homme n'a pas pu se reposer cet après-midi mais avec le non-sens de l'orientation qui est le mien, je ne lui serais d'aucune utilité, bien au contraire. De toutes façons, il a le GPS pour lui venir en aide en cas de doute sur la route à suivre. Et puis, je n'ai aucune force pour me sentir coupable...je vous rappelle que je suis malaaaaade comme un chien. Lol !

 

12h30 après notre départ de St Vincent de Tyrosse, soit à 7h du matin comme prévu par l'Homme, nous arrivons chez sa sœur pour lui livrer le précieux colis, à savoir sa fille chérie.

Petit dèj copieux de croissants et de petits pains au chocolat, mini résumé et nous repartons, exténués mais heureux d'être presque arrivés.

 

Après avoir monté tous nos bagages au 2ème étage, sans ascenseur, tout le monde va se coucher sans protester...sauf moi.

Je suis trop fatiguée, trop nauséeuse, trop...malaaaaade quoi !!

L'appart est sens dessus-dessous. Dire qu'il va falloir ranger tout ça ! J'en suis fatiguée à l'avance.

 

Bon, le sommeil me boude alors je chope mon chaton qui couine de plaisir depuis notre arrivée et je déballe mon pc portable.

Si j'ai bien compris, certains et certaines d'entre vous attendent de mes nouvelles, alors autant se mettre au résumé de nos vacances landaises tout de suite. Le rangement attendra bien quelques heures...

 

Facebook, Hotmail, Overblog...je repousse au maximum le moment de me mettre à ranger. Pff j'aime pôa ranger ! Je préfère vous raconter mes déboires estivaux...histoire de vous faire rire un peu.

 

Vivement l'année prochaine qu'on puisse remettre ça !!

 

J'ai fait mon job, à vous de faire le vôtre en me racontant vos vacances...

 

Bisousssssssssssssss

Partager cet article

Repost 0

commentaires

kaity vernis-sages 08/08/2011 01:02



Hello ma belle, je n'ai lu que cette page et ça m'a bien fait rire ( je n'ai pas compris pourquoi ou à cause de quoi vous aviez été malades excuse j'ai pas lu les pages précédentes...) Je
posterai des photos ( si l'internet passe bien je croise les doigts) concernant mes vacances, je pars vendredi via le Sud ! gros bisous ma belle et bravo pour ton récit super comme toujours +++
ta copi net Cathy/Kaity.



Sandaï 08/08/2011 10:59



Merci ma chère copi-net !


Océ et moi sommes toujours malades en voiture. D'ailleurs en bus, en car, en bateau...Le mal des transports quoi ! Sans oublier l'avion quand le pilote se prend pour un pilote de la
partrouille de France et fait des loopings...hahaha !


J'attends les photos avec impatience !


Je penserai à toi vendredi et te souhaite déjà de très bonnes vacances dans le Sud. Puisse le ciel te réserver du soleil, du soleil et encore du soleil. J'ai hâte que tu reviennes pour tout me
raconter.


Bisous +++++



Présentation

  • : Le blog de Sandaï
  • Le blog de Sandaï
  • : Ce blog est mon journal intime virtuel où je jette les mots, les impressions, les sentiments et les émotions de la maman stressée, heureuse et parfois (souvent ??) débordée que je suis au quotidien...
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens