Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 décembre 2010 6 04 /12 /décembre /2010 07:26

Avec mon optimisme naturel, je veux croire que ses motivations étaient purement altruistes et humanistes.

Pauvre gars ! Quand il voit tous les débats animés que son invention provoque, il ne doit rien y comprendre et doit se sentir bien con !

Parce que même si l’idée était noble au départ, sa mise en pratique cause pas mal de problèmes.

 

Mais l’implant cochléaire, c’est quoi en fait ? D’après Wikipédia, c’est :

L'implant cochléaire est un implant électronique qui vise à restaurer un certain niveau d'audition pour certaines personnes sourdes (surdités endocochléaires profondes) et pour des personnes souffrant d'acouphènes, en stimulant directement les terminaisons nerveuses de l'audition situées dans la cochlée, au moyen d'électrodes implantées chirurgicalement.

En gros, c’est un appareil composé de plusieurs parties qui agissent soit en externe, soit en interne.

La partie externe se compose d’un microphone (situé sur l’oreille comme une branche de lunette) qui capte les sons, d’un processeur vocal (qu’on porte comme un baladeur) qui les transforme en ondes électriques et d’un émetteur ou antenne (situé directement sur le crâne au –dessus de l’oreille) qui va les envoyer vers le cerveau.

La partie interne est composée d’un récepteur qui reçoit les ondes et les transmet, grâce à une porte  électrode aux électrodes placée directement dans l’oreille interne, plus précisément dans la cochlée. D’où le nom.

Voilà pour l’explication à peu près scientifique ! Si vous voulez en savoir plus, allez sur le net, on y trouve tout…

 

Maintenant que vous voyez un peu mieux ce qu’est un implant cochléaire, je vous laisse imaginer les conséquences qu’un tel appareil peut faire physiquement.

 

D’après des personnes Sourdes l’ayant testé pour nous, l’implant est souvent mal vécu à l’âge adulte (même pour ceux qui ont été implantés très jeunes !). Certains jeunes implantés devenu jeunes adultes rejettent leur implant et exigent qu’on leur retire.

Outre les problèmes de rejet, c’est quand même un corps étranger, il oblige l’implanté à vivre de façon différente.

Il faut à tout prix éviter les chocs dans la région de l’implant, au risque de mourir...

Il faut affronter le regard des autres avec un truc bizarre collé au-dessus de l’oreille. Pour les filles, ont peut laisser les cheveux longs pour le cacher mais les garçons n’ont pas cette chance.

Rien que l’idée de devoir « cacher » quoi que se soit me hérisse !

Ensuite, il faut s’attendre à gérer une grande fatigue et même des maux de tête, dus à l’exposition permanente aux bruits normaux de la vie et de la ville. Sons qui avouons-le peuvent être bien fatigants et stressants pour le cerveau.

 

Avant d’en parler à Albert, mon cher prof de LSF sourd profond, je pensais moi aussi que l’implant était la solution miracle, celle qui allait permettre aux Sourds d’entendre la musique et jouir du doux son d’un rire d’enfant.

C’est lui qui m’a ouvert l’esprit en m’apprenant par exemple qu’il était DJ. Un DJ sourd ?

Incroyable ! Mais pourtant vrai ! Il est DJ et apparemment un bon !

Mais comment donc une telle chose est possible ?

Albert m’a expliqué qu’il « entendait » la musique, différemment de moi, tout simplement.

Là où je n’utilise que mon oreille, lui utilise son corps tout entier grâce aux vibrations.

Là où mes oreilles se délectent du rire de mes filles, ses yeux à lui jouissent de l’image de la joie sur un visage d’enfant.

Moi j’entends la musique et les rires, lui les sent et les voit.

Le résultat est le même : comme moi, il adore la musique et les rires d’enfants.

C’est le chemin qui est différent parce que nous sommes différents l’un de l’autre, c’est tout !

 

Revenons à l’implant.

Un appareil qui rend les Sourds Entendants, c’est génial !!

Ouais, ben pas tant que ça !

Pourquoi ? Parce que l’implant cochléaire ne supprime pas vraiment la surdité et est inopérant concernant les autres problèmes de l’ouïe.

C’est pas moi qui le dit c’est Wikipédia et les spécialistes. Moi, je me contente juste de relayer l’information.

Mais alors vous ne comprenez plus rien.

Oh, rassurez-vous, les implantés entendent ! C’est indéniable !

Mais ils entendent tout, à tort et à travers. Ils entendent tant que leur cerveau a du mal à gérer cet afflux d’informations.

Là encore je ne fais que répéter ce qu’on m’a dit…En somme je suis un perroquet…hahaha !

Je ne fais qu’exprimer l’avis de certains qui sont « contre » les implants cochléaires.

Parce qu’entre nous, le « pour l’implant » est largement exprimé, documenté et relayé par les médias.

Je pense qu’il est important que le « contre » soit également connu. C’est une question de justice et la rebelle que je suis depuis toujours aime la justice ! Yes !

 

Donc l’implant ne rend pas un Sourd, entendant ? Ca paraît dingue dit comme ça !

Ben ouais !

Etre Sourd ce n’est pas qu’une question d’oreille. Pourquoi ?

Parce que quand l’oreille ne fonctionne pas dès la naissance, la partie du cerveau réservée à l’ouïe n’est pas sollicitée.

Or le cerveau est un muscle qu’il faut entraîner régulièrement pour en jouir pleinement.

Quand un enfant naît sans les fonctions auditives, la partie « ouïe » de son cerveau dort et plus le temps passe, plus c’est difficile de l’éveiller.

Il n’y a que la Belle au bois dormant qui puisse dormir 100 ans et se réveiller d’un baiser, fraîche comme une rose ! Lol !

 

Mais alors, l’implant est justifié ! Il stimule la partie consacrée à l’ouïe et à terme, l’enfant sourd deviendra entendant. Ouais, superbe déduction, mais non !

Désolée de briser vos illusions.

Car le cerveau n’est pas qu’une masse traversée d’ondes électriques (l’implant transforme les sons en ondes électriques). L’implant n’est pas aussi perfectionné qu’un cerveau humain. La nature reste plus forte, plus douée.

Car si le cerveau a besoin d’ondes électriques pour fonctionner, il a aussi besoin de connexions.

A quoi cela sert-il de payer EDF si on n’a pas les câbles pour véhiculer l’électricité ?

Dans le cas d’un enfant sourd, les connexions sont absentes. Entendre le bruit d’un ruisseau, ne suffit pas à l’identifier en tant que tel. Pour cela, il faut faire appel à une autre partie du cerveau. C’est probablement la même partie qui permet de traduire ce que voit l’enfant. Sauf que les connexions entre l’oreille et cette partie du cerveau n’existent pas chez un enfant sourd.
Par contre, elle existe entre l’œil et le cerveau. Alors pourquoi ne pas utiliser ce qui existe déjà, ce qui déjà en place ?

 

Un enfant implanté doit participer activement à de nombreuses séances chez un spécialiste de l’audition. Il doit apprendre à apprivoiser les sons qu’il entend, les répertorier et les classer pour pouvoir les utiliser plus tard.

« Un enfant entendant doit faire la même chose » me direz-vous. Oui et c’est tout à fait naturel.

Ce qui n’est pas le cas d’un enfant sourd. Il doit forcer son cerveau à apprendre les sons qui sans l’implant ne signifient rien pour lui.

C’est un travail long et difficile qui n’a rien à voir avec l’apprentissage normal de la langue maternelle parlée d’un enfant entendant.

Pour un enfant sourd qui perçoit le monde par les images, la LSF ou la LPC sont beaucoup plus naturelles, moins douloureuses.

Je risque de choquer pas mal de gens et je m’en excuse par avance mais je vois l’enfant implanté comme un « perroquet » qui imite et répète. Or ce n’est pas le rôle d’un enfant, quel qu’il soit.

L’imitation ne permet pas à l’enfant sourd de se construire tranquillement, de s’exprimer naturellement.

L’apprentissage de la LSF et la communication par les signes permet à l’enfant sourd d’entrainer et construire son cerveau d’une façon naturelle et aisée pour lui.

La LSF, grâce aux mains, aux expressions faciales, au corps tout entier permet réellement à l’enfant sourd de s’exprimer.

Pour s’en convaincre, il suffit de voir les vidéos de certains Sourds qui parlent de leur enfance et de leur joie lorsqu’ils ont enfin pu s’exprimer en LSF, après des années en école « normale », en « intégration ». Ils ont vécu ça comme une délivrance.

Quasiment exclu dans notre monde d’Entendants, ils sentaient enfin qu’ils appartenaient à un monde, le monde des Sourds. Ils n’étaient plus obligés de « faire semblant » ou « faire comme », ils pouvaient être eux-mêmes et heureux. N’est-ce pas là le but ultime de tous ?

 

Concernant l’implant cochléaire, on oublie trop souvent de parler du max de blé que cette industrie médicale génère. Encore une histoire de gros sous ! C’est quand même une histoire de 32000€ minimum pour l’opération. Je passe sous silence le montant des consultations de spécialistes…

Tout ça, pour 1 chance sur 3 que l’implant soit une réussite.

Car les statistiques sont formelles, on constate d’excellents résultats que pour 1/3 des implantés.

Génial ! Et les 2 autres tiers ? On s’en fout ?

 

Pour les Sourds avec qui j’ai pu discuter, il y a plusieurs choses, concernant l’implant cochléaire à savoir avant de procéder à l’opération. Des choses qu’on oublie volontairement ou non de préciser, comme :

 

1) L’opération, sous anesthésie générale, détruit l’oreille interne de façon irréversible.

Réponse possible du camp des « pour » : Ben, on s’en fout, de toute façon, elle ne sert à rien.

Ma réponse : Et l’intégrité physique de son enfant, on s’en fout aussi ?

 

2) Le moindre choc sur la partie externe de l’implant peut avoir de graves conséquences, comme la mort par exemple.

Réponse possible du camp des « pour » : Il suffit de faire attention et de prévenir l’enfant des dangers !

Ma réponse (un brin ironique, je l’avoue) : Ah oui ! C’est facile et évident pour les parents comme pour les enfants d’éviter les chocs, bousculades et chutes ! Et puis, faire du sport comme le foot ou le patin à roulette c’est très surfait…il y a d’autres plaisirs dans la vie.

Foutaises ! Ceux qui ont des enfants savent combien le fait de « faire les fous » et tomber sont importants à l’enfant pour bien se construire.

Les autres n’ont qu’à se souvenir de leur propre enfance et de leurs genoux écorchés…

 

3) L’implant cochléaire crée une dépendance en fournitures très chères.

C’est pas moi qui le dit, c’est Wikipédia !

Réponse possible du camp des « pour » : Une partie est remboursée par la sécu, non ? Et puis faire en sorte que son enfant puisse entendre vaut tous les sacrifices !

Ma réponse : Très bel esprit ! Se serrer la ceinture pour le bien de son enfant est une belle preuve d’amour dans notre société de consommation.

Sauf que les 32000€ minimum nécessaires à une telle opération ne garantissent nullement les résultats. Vous vous souvenez…1/3 des implantés…

Une chose est par contre certaine, l’implant cochléaire contribue largement à l’enrichissement des actionnaires et autres profiteurs qui soutiennent ce projet et ont trouvé là un nouveau moyen de se remplir les poches.

Ne vous bercez pas trop d’illusion…

La majorité des gens impliqués dans l’industrie de l’implant (je ne parle pas là du personnel médical qui voue son existence à améliorer nos vies, bien sûr !) est plus intéressé par les revenus faramineux qu’il représente que par le bien-être et le bonheur de nos enfants.

C’est une dure réalité qui n’en a rien à foutre de la souffrance des parents d’enfants sourds. Je sais, parfois, je suis une vraie garce…mais j’essaye de me soigner…lol !

 

4) Il ne suffit pas d’implanter son enfant et de jouir après tranquillement de la vie. Il faut faire beaucoup d’efforts pour espérer appartenir, un jour, à la grande famille des Entendants. J’ai bien dit « espérer »…

Réponse possible du camp des « pour » : Il faut faire des efforts pour tout ! La vie n’est pas facile.

Ma réponse : Encore une fois, bel esprit !

Mais tous les efforts du monde ne gommeront pas le fait que l’enfant implanté est différent.

Même s’il a la chance de faire partie du tiers gagnant, il restera un enfant avec un truc bizarre collé au-dessus de l’oreille. Un enfant étrange que beaucoup vont regarder avec compassion, curiosité malsaine ou horreur. Le complexe de l’enfant- cyborg ??

Et je ne parle pas du processus long et difficile d’apprentissage, des visites obligatoires auprès de professionnels qualifiés (en passant, payant), ni de l’entrainement quotidien auxquels l’enfant implanté doit être soumis.

Tout ça pour des résultats que rien, ni personne ne peut garantir et pour une place plus qu’incertaine parmi les « normaux » ! C’est cher payé, non ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Sandaï
  • Le blog de Sandaï
  • : Ce blog est mon journal intime virtuel où je jette les mots, les impressions, les sentiments et les émotions de la maman stressée, heureuse et parfois (souvent ??) débordée que je suis au quotidien...
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens