Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juillet 2011 4 28 /07 /juillet /2011 17:24

C'est le bruit de ma chasse d'eau intime qui me réveille, ce qui signifie qu'il ne pleut pas ? Yes ! Mieux, un superbe soleil éclaire notre terrasse. ReYesss ! Il doit bien faire dans les 25°C et c'est le panard ! Il y a bien quelques nuages qui se déplacent tranquillement dans le ciel mais ils sont d'un blanc cotonneux et ne semblent pas chargés de pluie.

Voilà qui va changer notre quotidien !

 

Après un bon petit dèj pris dans la joie et l'allégresse générale, toutes les filles enfilent leur maillot et direction la piscine.

L'Homme préfère rester sur la terrasse du mobile home pour tenter de battre la DS. La piscine c'est pas trop son truc.

 

A peine arrivées à la piscine, les 2 minimoys entrent dans la pataugeoire. Aglagla ! L'eau, qui leur arrive jusqu'au nombril, est gelée...comme le vent qui souffle tout autour. Perso, j'admire les puces de réussir à y mettre plus d'un orteil. Moi je refuse de me transformer en glaçon même si j'attends cette baignade depuis près d'une semaine.

Alexane teste le mini toboggan et finit trempée de la tête aux pieds en fin de course dans une gros « splash ». Brrrr...elle sort en calquant des dents.

Heureusement, la piscine des grands est agréablement chauffée. J'invite les minis crottes à me rejoindre mais elles sont terrifiées à l'idée de ne pas avoir pied. Faut dire que Loulou et moi sommes à genoux de sorte que l'eau nous arrive au menton. Ca peut prêter à confusion. Résignée et tremblotante, je me lève pour leur prouver qu'elles ne risquent rien puisqu'elles ont pied et elles décident enfin de me rejoindre.

On barbote, on nageouille, on saute, on rigole comme des folles. Les filles hurlent de joie au point que je dois faire les gros yeux pour qu'elles l'a mettent un peu en veilleuse. Primo, nous ne sommes pas seuls et deuxio, j'aimerais bien garder mes tympans intacts.

Océ veut absolument me couler et comme d'hab, elle ne récolte que ce qu'elle sème : je la coule plusieurs fois, histoire de lui rappeler que je suis bien plus lourde qu'elle et que c'est MOI qui commande. Non mais des fois !

Franchement, c'est génial ! Enfin, si on n'oublie pas de laisser les épaules bien immergées dans l'eau chaude...sinon c'est la congélation immédiate. Le vent souffle un air froid qui me colle la chair de poule à la vitesse grand V.

On profite à fond des aménagements nautiques avec une joie identique à celle que doit éprouver un assoiffé face à une flaque d'eau. Un pur bonheur !

 

Courageuse et faisant fi de la température glaciale qui règne hors de l'eau, Océ décide de tester les toboggans géants. Elle rencontre de nouvelles amies qui lui expliquent la technique qui permet de descendre plus vite, à savoir mettre son bas de maillot de bain en mode string, de se pencher, d'attraper les bouts de ses pieds et de gigoter de gauche à droite. Ça a l'air de bien fonctionner car elle revient vers moi, heureuse comme jamais depuis le début de notre séjour.

 

Les minis crottes sont moins courageuses. Elles décident tester le mini toboggan à tête de serpent mais la trop grande vitesse de descente et la température glaciale de l'air et de l'eau les découragent bien vite et malgré les encouragements d'Océane, elles viennent se réfugier chez moi en tremblant, les lèvres bleues.

Je les enveloppe dans les draps de bain et les frictionne vigoureusement. Réchauffée, Chouchou se laisse persuader par sa grande sœur pour aller faire une descente sur le grand toboggan bleu.

Ilayda, quant à elle, est frigorifiée. Je l'emballe dans un drap de bain, la couvre avec un autre et la prends dans mes bras comme un nourrisson. Du coup, nous nous réchauffons mutuellement parce que moi aussi je gèle. Même au soleil, le vent nous hérisse les poils.

Nous sommes installées sur un transat, emmitouflées et heureuses quand Alex revient les larmes aux yeux avec une Océ dont les yeux jettent des éclairs. Arrivée en haut, ma mini crotte a eu peur et refusé de descendre autrement que par les escaliers. Elles se disputent si bruyamment que je dois hausser le ton et faire ma tête des mauvais jours pour les calmer.

Océane, qui adore l'eau (je suis pareille, un vrai rat d'eau mais je n'ai plus vraiment l'âge de supporter une telle température), propose d'y retourner et les 2 petites sont enchantées. Moi j'ai trop froid pour retenter l'expérience. Aller dans l'eau, nager et faire la dingo, no problemo ! Mais ressortir dans le vent glacial...très peu pour moi !

Les filles embarquent la bouée en forme de pneu (que j'ai choisie avec mes points cadeaux Tati.fr) et fonce dans la piscine avec ravissement.

Ravie de leur joie, je ramasse les serviettes trempées et je rentre au mobile home pour en chercher des sèches et accessoirement me réchauffer un peu.

Comme je claque des dents, je demande à l'Homme de retourner chez les filles et les obliger à se sécher et à se rhabiller. Le soleil est de moins en moins présent et je crains une pluie glaciale qui aura la peau de nos filles.

Mon gilet en laine sur le dos, je me mets au pc, en plein soleil (quand il daigne briller), ronronnant presque quand un de ses rayons me frôle.

L'Homme a bien rempli sa mission et il revient avec les minis crottes sèches et rhabillées. Sans attendre, elles se jettent sur les articles de plage et « jouent au sable ».

Océane est restée avec ses amies et s'éclate dans les toboggans râpe-culs.

 

Logiquement, je devrais commencer à ranger le mobile home et faire les bagages car nous devons rendre les clés, demain à midi, maximum mais j'ai la flemme. C'est vrai quoi, il a fait moche toute la semaine, j'ai pas envie de m'enfermer avec un si beau soleil, même s'il se cache derrière les nuages à tout bout de champ.

On rangera ce soir...

 

« Profiter » me semble être la meilleure idée du jour.

C'est pourquoi je chope mon pc et vais sur la terrasse du Nez Rouge pour « profiter » de la wifi du camping et au soleil svp. Je dois poster mes articles sur le blog et trier les 173 mails qui m'attendent sur Hotmail. Et pourquoi pas un petit tour sur Face de bouc pour voir si vous vivez encore...hahaha !

Les filles m'accompagnent pour « profiter » des balançoires, pendant que l'Homme décide de « profiter » du calme de notre absence pour se reposer un peu et qu'Océane continue de « profiter » de la piscine et de ses amies.

Les nénettes se balancent et jouent dans le sable, Océ se prend pour un sirène et moi je retrouve pour un temps la civilisation internet et mon cher réseau social. Que la vie est belle !

 

Quand on revient toutes au mobile home, un excellent dîner, préparé avec amour par l'Homme de ma vie, nous attend et son fumet nous met l'eau à la bouche. Émincé de volaille et sa cour de champignons pôelés sur un lit de pennes al dente ! Tout un programme gustatif.

Un vrai régal !

 

Comme on a l'intention de se lever tôt pour tout ranger, on a prévu de se coucher tôt...sauf que de la musique, venant du restau, s'infiltre par les fenêtres et vient chatouiller mes tympans. Allez quoi, c'est notre dernière soirée au camping ! Allons nous amuser, on rangera demain. L'Homme râle pour le principe mais notre bonheur lui fait plaisir et il se laisse entraîner sans trop de mal.

 

Années 80, 90, 2000 et derniers tubes de l'été, tout y passe et l'ambiance est vraiment bonne. On chante, danse, rit, bref on passe une super soirée et malgré tout le travail qui nous attend demain, on reste jusqu'à la fin.

L'Homme met sa fille chérie sur ses épaules, Océ insiste pour porter Ilayda sur les siennes et nous nous mettons en route pour le mobile home et notre dernière nuit sur place.

En chemin, je vois le jeune couple sympa dont je vous ai déjà parlé. C'est le moment où jamais de leur dire aurevoir. Elle s'appelle Mélanie, il s'appelle Antoine et j'avais raison de me fier à ma 1ère impression : ils sont super sympas, vraiment charmants.

On papote quelques minutes et j'apprends qu'ils habitent près de Bordeaux et qu'eux aussi partent demain. Je leur file ma carte de visite et on se quitte, en espérant se revoir un jour...

Bon sang, que je suis conne de ne pas leur avoir parlé plus tôt ! Antoine aurait aimé boire un coup ou jouer à la pétanque avec l'Homme et moi j'aurais pu déconner avec Mélanie qui a le sourire facile. Quand je pense à toutes les soirées qu'on aurait pu partager, je me mettrais bien un coup de pied dans le derche ! Tant pis, ce sera pour une prochaine fois. Euh, les soirées de folie, pas le coup de pied dans le luc...toujours mon manque de souplesse...lol !

 

Pas de jeux de dès ce soir, il est très tard et le réveils era suffisamment difficile comme ça. Une histoire vite fait (Poucelina) et hop au lit dès le pyjama mis. Demain c'est réveil aux aurores pour avoir tout fini à 9h20, heure de notre rendez-vous pour l'état des lieux de sortie.

Tout le monde est au lit sauf l'Homme et moi qui rangeons et nettoyons le plus gros pour en avoir un peu moins à faire demain...enfin dans quelques heures. On se couche, éreintés à 2h largement passées.

 

Avec toute cette excitation et la joie d'avoir pu « profiter » de notre dernière journée, j'ai du mal à m'endormir.

C'était vraiment une belle journée ! Exactement ce dont nous avons rêvé pendant une semaine.

Quand je vois tout ce qu'il reste à faire et que je pense au voyage retour, j'ai un méchant coup de blues qui énerve mes neurones.

 

A 5h07, mes paupières tombent enfin de sommeil. Dans 3h, je devrais me lever et être prête à bosser...Aïe, aïe, aïe !

 

A demain...oups ! à tout à l'heure.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Sandaï
  • Le blog de Sandaï
  • : Ce blog est mon journal intime virtuel où je jette les mots, les impressions, les sentiments et les émotions de la maman stressée, heureuse et parfois (souvent ??) débordée que je suis au quotidien...
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens