Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 05:44

 

Ca y est...ça continue ! Quelques pages de plus pour vous faire patienter. L§e reste suivra...à mon rythme bien sûr !

Petit mot pour toi Yasmi : c'est en pensant à toi que j'ai tapé ces "quelques" lignes. Bonne lecture...

 

 

Jeudi 16 juillet 2010

 

Comme annoncé, aujourd’hui c’est jour de marché et les bonnes affaires nous attendent.

Selda a très mal dormi et décide d’aller en ville avec nous pour faire des radios de son poignet douloureux et gonflé.

Anne, Baba, Ilayda, Ela, Selda et nous 4 partons donc en dolmuş à Nazilli.

Le trajet est toujours le même mais cette façon de voyager nous plaît, à nous les 3 petites françaises. On pourrait croire que je suis blasée et pourtant c’est avec le même plaisir enfantin que je grimpe dans ce mini van, cet improbable moyen de transport et que je me colle contre la fenêtre ouverte, le vent me cinglant le visage.

Arrivés à destination, l’Homme et sa sœur nous quittent pour aller à l’hôpital. Nous autres décidons d’aller les attendre dans un grand parc où on peut manger. On commande des pide (pidé sandwichs chauds) au poulet, de l’eau glacée, des sodas et on profite d’un peu de calme en attendant des nouvelles de Selda.

Les 3 petites merdeuses sont un peu difficiles à gérer mais Océane assure et trouve des activités pour les faire patienter, comme marcher sur une espèce de trottoir ou courir autour de notre table.

Anne et Baba gardent toute la smala à l’œil pendant que je végète avec délice.

Eh, je suis en vacances ! J’ai bien le droit de profiter d’un peu de tranquillité !

Je savoure donc la brise légère qui souffle sur la ville.

La température est presque supportable et j’ai l’impression de moins suer. L’habitude peut-être…

Le parc où nous sommes est en pleine ville.

De grands arbres dispensent la fraîcheur de leurs ombres avec générosité.

Cà et là, des tables, des chaises, des gens qui discutent et mangent. L’ambiance est familiale et joyeuse.

Je me sens bien.

 

L’Homme et Selda sont de retour.

Les radios sont faites mais il faut attendre une demi-heure pour connaître les résultats, demi-heure qu’ils utilisent pour aller manger un morceau, parce qu’entre nous, le parc est sublime mais la nourriture très commune, voir carrément dégueu…

No problemo ! Il y a, en face de la place où nous sommes, une multitude de petites boutiques qui offrent à mon regard acéré toutes sortes de « denrées » intéressantes et pas chères…

La bonne affaire est à portée de main mais j’ai à peine le temps de choisir par où commencer mon excursion « fringues » que l’Homme et sa sœur sont déjà de retour. Et ils ont les résultats des radios…verdict du docteur : rien de cassé. Ouf ! Nous voilà rassurés !

A moi fringues et bijoux !! A moi cochonneries sucrées et autres pidé ! A moi marché de Nazilli ! J’arrive…

Laissant Anne et Baba à l’abri ombragé du grand parc, nous allons d’un bon pas dans la « rue de l’or ».

Et ce n’est pas un doux euphémisme ! Il y a dans cette rue des boutiques d’or tous les pas.

Peut-être, êtes-vous comme moi et ne savez pas ce qu’est une boutique d’or ?

No problemo, je vous explique.

Avec une monnaie comme la Turkish Lira (TL), les Turcs ont bien compris que convertir ses économies en or est bien plus logique, car plus sûr.

Alors, un peu partout, des boutiques d’or fleurissent dans les rues. On y convertit son argent en bracelet, en collier ou en bague d’or. Un mariage ? De l’or plutôt que de l’argent. Une naissance ? De l’or à offrir comme cadeau de bienvenue. Un anniversaire ? Quelques grammes d’or à ajouter aux économies…

C’est une habitude que nous, Européens, avons perdue mais beaucoup d’autres peuples l’ont gardée.

Moi je ne possède que très peu d’or.

C’est une couleur qui ne me va pas bien. Sur moi, le plus bel or a toujours l’air d’être de la camelote, genre les babioles qu’on trouve dans les distributeurs à 2 sous des foires et autres mesti.

Et puis, je suis si maladroite, si tête en l’air que je préfère casser ou perdre une bague, un collier ou un bracelet en argent à 3 sous 6 francs !

En fait, le seul bijou en or que je porte chaque jour, sans jamais l’enlever, c’est le bracelet qu’Anne m’a offert il y a quelques années. J’y tiens beaucoup.

Avec ce geste, elle m’a prise pour fille, comme si j’avais épousé son fils. Elle m’a donné l’un de ses bracelets de mariage pour me signifier que je faisais désormais partie de sa famille.

C’est un cadeau très cher et précieux à mes yeux et aux siens.

A la naissance d’Alexane, elle m’a offert un autre bracelet, encore plus beau et plus cher pour me remercier du cadeau que je lui ai fait.

Ce dernier est finement ouvragé et j’y tiens tant que je ne le mets qu’aux grandes occasions…Pas question de tenter le diable en le mettant quotidiennement !

Tout ça pour vous expliquer la valeur de l’or chez les Turcs.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Sandaï
  • Le blog de Sandaï
  • : Ce blog est mon journal intime virtuel où je jette les mots, les impressions, les sentiments et les émotions de la maman stressée, heureuse et parfois (souvent ??) débordée que je suis au quotidien...
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens