Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juin 2010 7 27 /06 /juin /2010 12:13

Et 2 pages de plus...

 

Elle trouva des remèdes aux pires maladies et augmenta ainsi l’espérance de vie de son peuple.

Sans pouvoir totalement renoncer à l’amour qu’elle portait à son roi, l’ancienne reine de Bigirs épousa en secondes noces un bon et charmant homme qui fit tout son possible pour la rendre heureuse et ramener la joie sur son beau visage.

De leur union tranquille et pleine de respect ne naquit qu’un seul enfant mais il était vigoureux, souriant, curieux de tout et plus remuant qu’un petit singe. Ils l’appelèrent : Signe.

 

Pendant ce temps, le roi Eustache s’enferma de plus en plus dans sa peine et sa haine. Comme il pensait que la surdité, et non son propre aveuglement, était la source de tous ses maux, en représailles, chaque personne née ou devenue sourde fut chassée avec une cruauté inimaginable, de son parfait petit royaume.

 

Pour obéir à son devoir de roi, il se remaria avec une jeune femme choisie par ses plus proches conseillers.

Pour lui, ce fut un mariage de raison, un moyen de donner un héritier à son pays car malgré tous ses efforts, la douce et joyeuse Dèf ne quittait ni ses pensées, ni son cœur.

Le roi de Bigirs était devenu un homme blessé, aigri, qui ressassait le passé et s’avérait incapable de tirer les leçons de ses erreurs.

Il était roi, il avait raison sur tout, en tout, toujours.

 

Délaissée par son mari, manipulée par les conseillers royaux, la jeune reine  Cochlée ne songea plus qu’à avoir un enfant, un être dont l’amour pourrait combler le vide que l’indifférence du roi Eustache avait creusé dans son cœur.

Lorsqu’enfin, elle lui donna un fils, le prince Trompe 2ème, le roi jugea son devoir effectué et sombra dans une profonde dépression teintée de folie.

Et, poussé par son impitoyable épouse, dont le but ultime était devenu la pureté de sa race, il décréta publiquement que la surdité était le pire des maux, une honte sans nom, un pêché puni par leur Dieu : la Grande Oreille Cosmique.

Une période de peur, de suspicion et de délation commença alors.

Grâce à une propagande des plus habiles, les Bigirssiens adoptèrent la folie du roi et de sa Cour et aidèrent à traquer toute personne dont l’audition n’était pas parfaite.

Telles les sorcières de notre Histoire, les Nohirs devinrent les « hérétiques » de ce royaume et ils connurent les cachots, les tortures et les bûchers.

Le roi, rongé par la colère, la rancœur, la honte et la folie se laissa lentement mourir.

 

Vers 18 ans, le terrible prince Trompe devint roi et, sous la férule de sa fanatique de mère, durcit encore les lois du défunt roi.

Sous les conseils et les cajoleries d’une reine prête à tout pour parvenir à ses fins, il décréta que la lente agonie de son roi et père était une preuve de plus que les Nohirs devaient être éradiqués. Chacun justifie ses actes comme il le peut.

C’est pourquoi, son règne fut encore plus répressif et sanglant que celui du roi Eustaphe 1er. Il régna longtemps d’une poigne de fer et dans la haine.

Obéissant à sa mère, il épousa une douce et passive jeune femme nommée Auditia, qui lui donna 4 fils et 3 filles.

A la mort accidentelle de l’aîné, un jeune homme aussi brutal et buté que son père, le second, le prince Lobe que vous connaissez déjà, du abandonner ses études pour être formé à suivre les traces du roi.

Rêveur et tranquille, il ressemblait à sa douce maman, et ne vivait que pour la découverte, l’étude et le savoir.

S’il était un être érudit, d’une intelligence bien supérieure à celle de son géniteur, il n’avait pas la force ni physique, ni mentale de résister à sa brute de père. Il apprit son métier de roi sans trop se poser de questions, tant sa peur des coups et des brimades était grande.

Il étouffa ses rêves de liberté, d’égalité et de recherche du savoir pour devenir le roi qu’il devait être : un roi sans scrupules, sans compassion, sans faiblesse.

 

A la mort de Trompe 2ème, suite à un stupide accident de chasse, le jeune roi Lobe lui succéda donc.

Même si ce roi avait été éduqué dans la haine de la surdité, avec violence et rage, il n’avait pas dans le cœur autant de haine que son père et au fil des années, l’application stricte des lois put se relâcher et le peuple bigirssien connut une période plus douce.

Toutefois, le roi Lobe ne pouvait faire abstraction pure et simple de son éducation, ni des lois. La surdité était interdite. Frayer avec les Nohirs était interdit. Simplement parler d’eux constituait une faute grave.

Comment, dans ces conditions, pourrait-il demander l’aide de la reine des Nohirs, comme le souhaitait sa chère épouse ?

Dèf Grandes Oreilles n’était-elle pas l’ennemie suprême de son père et de son père. ?

Vous comprenez mieux maintenant la raison de ses cris et de ses violentes réticences.

 

Ne tenant pas compte ses objections de son mari, comme prévu à l’aube, la douce reine Eustacha revêtit de vieux haillons et partit en secret vers l’Île Maudite, comme l’appelaient les Bigirssiens, l’île de toutes ses peurs et de tous ses espoirs.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Sandaï
  • Le blog de Sandaï
  • : Ce blog est mon journal intime virtuel où je jette les mots, les impressions, les sentiments et les émotions de la maman stressée, heureuse et parfois (souvent ??) débordée que je suis au quotidien...
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens