Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juin 2010 7 27 /06 /juin /2010 00:43

Allez 2 pages de plus avant d'aller me coucher...

 

 

De guerre lasse, elle s’imposa le silence et avertit son cher époux qu’elle n’ouvrirait plus la bouche tant qu’il ne serait pas revenu sur sa décision et n’avait pas jeté un coup d’œil à ses projets.

Mais le roi ne céda pas.

Alors, elle alla plus loin en le menaçant de le quitter s’il ne revenait pas à la raison et s’entêtait dans son erreur.

Malheureusement, le roi ne céda toujours pas.

Enfermé dans sa colère et dans une inavouable honte, il lui répondit que rien ne le ferait jamais changer d’avis. Les hommes de cette lignée n’étaient que trop connus pour leur fierté mal placée, leur orgueil démesuré et leur tête de bois !

 

Folle de chagrin et de rage face à l’indifférence obstinée de son cher époux, Dèf n’eut d’autre choix que de mettre sa menace à exécution. Elle alla se réfugier sur l’Île Perdue que l’on voyait du balcon des appartements royaux. En se plaçant sous ses fenêtres, elle pensait que son aimé, finirait par se rendre à ses arguments et qu’il viendrait l’y chercher très bientôt.

Les jours passèrent, puis les semaines et carrément les mois mais le roi Eustache ne cédait toujours pas.

 

Petit à petit, touchés par la détresse et la bonté de la jeune reine Dèf, un, puis deux, puis 10, puis 100 Nohirs vinrent la rejoindre sur l’île.

Ensemble, ils défrichèrent la nature hostile, plantèrent fruits et légumes, élevèrent bovins, équidés et ovins, construisirent des maisons et prirent lentement possession de cette île perdue.

La reine Dèf participait à toutes ces activités avec courage et entrain et le soir, assise près du feu, elle chantait de sa voix claire pour rappeler à son mari toutes les années de bonheur qu’ils avaient connues.

Chaque soir, le roi Eustache s’installait sur le balcon royal et se souvenait des jours heureux du passé au son mélodieux de la douce voix de son aimée.

Destiné à être roi dès sa naissance, rien ni personne ne l’avait jamais incité à s’interroger, à se révolter contre l’ordre établi ou à bousculer les traditions pour le bien de tous.

Son éducation ne l’avait tout simplement pas préparé à gérer ce genre de crises et il ne savait véritablement pas comment réagir autrement qu’en obéissant aux règles.

Trop buté, trop fermé, trop rigide, il ne comprenait pas.

Chaque soir, il écoutait la douce voix de son épouse et chaque soir il souffrait de son absence.

 

Le chagrin a parfois de terribles conséquences : un soir, plus triste et solitaire que jamais, il décida que sa souffrance avait assez duré.

Sans vraiment réfléchir aux conséquences de ses actes, avec hargne, il considéra les propositions racistes de ses conseillers jaloux et finit par se rendre à leurs arguments haineux en acceptant de répudier sa femme et d’édicter de nouvelles et cruelles lois.

Dès le lendemain, il fit sonner les trompettes royales et annonça d’un ton sévère :

- Cher peuple de Bigirs. Moi votre roi, ai pris les décisions suivantes :

A partir de ce jour, les Nohirs ne sont plus les bienvenus dans notre magnifique pays.

A partir de ce jour, toute personne, homme, femme ou enfant dont l’audition n’est pas parfaite sera chassé de mes terres sans délai, ni espoir de retour.

A partir de ce jour, la « èlèssèfe » est jugée impie et interdite dans tout notre bon royaume de Bigirs.

A partir de ce jour, il est interdit de nourrir, loger, soigner ou même adresser la parole à un Nohirs reconnu.

A partir de ce jour, Dèf Grandes Oreilles n’est plus mon épouse. Je la répudie. Elle n’est plus votre bien-aimée reine et il est interdit de parler d’elle ou même de prononcer son nom hors ou en ma royale présence.

Tout manquement à ces nouvelles lois fera l’objet d’un exil immédiat et définitif.

Tout non-respect de cet exil ou toute récidive entraînera une exécution des plus sommaires.

Les Nohirs qui polluent encore notre beau pays et enlaidissent ce royaume ont 24h pour rassembler leurs affaires et quitter nos terres.

Passé ce délai, ils seront tout simplement exécutés. »

 

Ainsi parla le roi Eustache 1er, roi de Bigirs, aveuglé par sa peine et sa colère.

 

Tous les Nohirs, et quelques Bigirs qui n’adhéraient pas à cette folie, prirent la fuite avec les maigres possessions qu’ils purent emporter.

Leurs pairs, déjà installés sur l’île perdue, les accueillirent à bras ouverts et leur firent de la place. Tous ensemble, ils décidèrent de rebaptiser leur île « l’Île du Silence » et demandèrent à Dèf Grandes Oreilles de devenir leur reine à tous.

Elle accepta et mit tout l’amour, toute l’énergie et tout le courage qu’elle possédait dans la réalisation de ses projets pour un monde meilleur.

Elle mit en place un système démocratique plus adapté que la monarchie, grâce auquel chacun put exprimer son avis et poser ses questions.

Elle fit tout son possible pour rendre la vie des Nohirssiens plus belle, plus joyeuse et plus douce.

Elle étudia jour et nuit toutes les sciences, même les sciences occultes, jusqu’à ce qu’elle devienne une sorcière cultivée, puissante, juste et très bonne.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Sandaï
  • Le blog de Sandaï
  • : Ce blog est mon journal intime virtuel où je jette les mots, les impressions, les sentiments et les émotions de la maman stressée, heureuse et parfois (souvent ??) débordée que je suis au quotidien...
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens