Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juin 2010 1 28 /06 /juin /2010 18:05

 

Allez dans la foulée...au cas où ça en intéresserait l'une ou l'autre...

 

 

- Chère enfant, voici l’élixir de vie. C’est une potion magique d’une grande puissance et d’une plus grande rareté encore. J’ai eu la chance de donner le jour à Signe qui t’a accompagnée jusqu’à moi et ayant connu le bonheur d’être mère, je ne puis être insensible à ta douleur.

C’est pourquoi, et en souvenir du bon peuple de Bigirs, je te la donne. Elle t’aidera à réaliser ton vœu le plus cher et bientôt tu seras l’heureuse mère d’une adorable petite fille. »

A ces mots, la jeune femme se pressa sur la poitrine de l’ancienne reine de Bigirs et la remercia avec effusion.

« - Non, ne me remercie pas encore. Je puis t’aider à avoir l’enfant que ton cœur appelle mais je suis incapable de te garantir qu’il soit comme toi, avec 2 oreilles en parfait état de marche. C’est la Grande Oreille Cosmique qui décide du sort de chacun d’entre nous. Ta fille pourrait naître sourde. Si c’était le cas, l’aimeras-tu ?

- Oh oui ! De tout mon cœur ! Que m’importe ses oreilles, je l’aimerai, je l’aime déjà !

- Puisse la Grande Oreille t’entendre ! Alors va et que la chance guide tes pas. Prends une gorgée de cet élixir chaque soir, avant de te coucher et ton désir d’enfant se réalisera.

- Oh Merci, bonne reine ! Que puis-je vous offrir en échange de votre générosité ? Quel est votre prix ?

- Rien de plus qu’une promesse. En paiement de cet élixir, je ne souhaite qu’une chose de ta part : promets-moi de toujours l’aimer, envers et contre tout, quelque soit sa nature ou ses défauts.

- Je vous le promets.

- Promets-moi de toujours faire ce qu’il faut pour la protéger du mal.

-Je vous le promets.

- Si tu tiens ces promesses, alors je m’estimerais payée. Une dernière chose. Si ta fille devait naître sourde et que tu remarques que ta fille n’est pas heureuse dans sa cage dorée ou si tu n’arrives pas à la protéger, promets que tu me la confieras pour que je prenne soin d’elle à ta place.

Folle de joie à l’idée d’avoir une petite fille, elle promit de gaité de cœur et rentra dans son château de conte de fée, le cœur léger, rempli d’amour et d’espoir.

Pendant plusieurs jours, elle fit exactement ce que la reine Dèf lui avait préconisé et 9 mois plus tard, une petite fille naissait.

Elle était ravissante, adorable et c’est tout naturellement qu’on la nomma : Aimée.

Après tant d’années d’attente, le peuple de Bigirs salua la venue de la princesse avec joie et effusion.

Le roi Lobe déclara le jour de sa naissance, fête nationale et offrit un immense festin qui dura plus de 3 jours.

La petite princesse grandit dans la joie, la gaité et l’amour.

Son rire clair résonnait chaque jour dans les couloirs du palais et ravissait tous les habitants de la Cour, petits et grands, faibles et puissants.

Elle était irrésistible et chacun souhaitait la prendre dans ses bras pour la cajoler et se nourrir de sa douceur et de sa joie de vivre.

Quelle merveilleuse époque la petite fille vécut alors !

Seule ombre à ce tableau idyllique, à 3 ans passés, Aimée ne parlait toujours pas. Oh, elle était vivante et active mais aucun son articulé ne sortait de sa jolie bouche en forme de cœur.

Sa mère n’avait parlé à personne de sa visite à Dèf et encore moins de la mise garde de l’ancienne reine. Elle n’en parlait pas plus à son mari, ne voulant à aucun prix gâcher le plaisir qu’ils éprouvaient tous 2 à voir la grandir.

Car la paternité avait réussi à adoucir le bon roi Lobe. Un peu de sa douceur passée réussit à se frayer un chemin jusqu’à son cœur. Devant la grande curiosité de son enfant, le roi fabriqua toutes sortes de jouets éducatifs, utilisant les lois mécaniques qu’il avait appris du temps de ses études.

Tout aurait pu aller pour le mieux dans le meilleur des mondes…

 

Cela faisait plusieurs mois que la reine avait remarqué l’absence de réaction de sa fille au bruit : Aimée ne réagissait pas quand on l’appelait, ne sursautait pas quand un objet tombait à terre hors de sa vue et ne riait que lorsqu’on faisait des grimaces.

Mais tout cela lui importait peu. Elle aimait son enfant sans concession et trouvait toujours une réponse habile pour expliquer l’attitude trop passive de sa fille.

Comme tous les enfants de chez nous, 3 ans est un âge important car c’est celui la grande aventure de l’école !

Il existait au château des Grandes Oreilles, une école réservée aux enfants royaux et nobles de Bigirs.

Pour la reine Eustacha, il était impossible de laisser Aimée se mélanger aux autres enfants car tout le monde se rendrait bien vite compte de sa différence !

Pour rien au monde, elle ne voulait être séparée de sa fille chérie et l’annonce de sa probable surdité aurait l’horrible conséquence de la voir exilée sur l’Île du Silence.

Pour ne pas arriver à cette extrémité, elle réussit à convaincre son époux de lui laisser éduquer la petite princesse et la garda avec elle.

Commença alors une période très difficile pour la petite Aimée.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Sandaï
  • Le blog de Sandaï
  • : Ce blog est mon journal intime virtuel où je jette les mots, les impressions, les sentiments et les émotions de la maman stressée, heureuse et parfois (souvent ??) débordée que je suis au quotidien...
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens