Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juillet 2009 3 22 /07 /juillet /2009 04:02

Ca y est ! J'ai enfin compris pourquoi je ne dors toujours pas à 4h du mat, après une journée entière à Europa Park en famille...
Comme j'avais du mal à respirer ce matin, j'ai pris...j'ai pris...de
la CORTISONE.

Si vous ne connaissez pas les effets de la cortisone sur l'organisme et le mien en particulier...allez lire mon article intitulé : "J'adooore la cortisone". Sûr que ça vous éclairera un peu, sinon beaucoup, sur mes pulsions d'écriture...
Ouhh, je bous !!!

Europa Park donc : Plaisir ou galère ?

A froid, comme c'est un méga parc d'attractions, ce devrait être un plaisir...mais à chaud, lorsqu'on est enfin de retour chez soi, affalée sur son canapé, éreintée au delà de tout ce qu'on pourrait en dire...ça pourrait avoir un petit goût de galère...


Idéalement, ça se passerait comme ça...

Tout le monde est debout, parfaitement réveillé et en pleine forme à 7h du mat.
Les filles sont excités comme des puces mais gardent la tête froide et sont sages comme des images.

Petit dèj. copieux et équilibré, débarbouillage dans le calme, habillage facile puisque les fringues sont prêtes depuis la veille au soir, confection rapide et efficace des sandwichs parce que c'est super cher de manger sur place, les œufs durs sont cuits et les glacières en bon état.

Les trucs en plastique bleu qui gardent le froid sont au congel et les boissons sont glacées à souhait car il va faire super chaud (et oui, ça arrive parfois en juillet en Alsace ! Mais c'est rare, super cette année).

Tout le monde est sur le pied de guerre, prêt à partir pour 8h car il y a une heure de route pour aller à Rust, en Allemagne, à Europa Park.

On arrive à 9h, heure d'ouverture du parc et il n'y a pas trop de monde puisque c'est les vacances scolaires et que tout le monde est parti dans le Sud.

On passe la journée à rire et hurler dans des manèges de folie, personne n'est malade, la vie est belle.

On rentre crevés mais heureux de cette fantastique journée en famille.

Ouais, idéalement...Parce que dans la réalité, c'est pas tout à fait comme ça...A vrai dire c'est carrément pas pareil.

Jugez plutôt...

Réveil en sursaut à 7h23 car j'ai dormi 3h en pointillé sur le canapé à cause de la combinaison fatale : "Anita Blake - Alexane à 3h30 du mat".
Anita Blake est une tueuse de vampire dont je dévore les péripéties avec un appétit d'ogre. 1 bouquin de 400 pages en 2 jours, enfin en 1 jour et une nuit.
Mais je vous en reparlerai un autre jour.
Alexane est la célèbre mini crotte qui me pourrit régulièrement mes nuits en me réveillant pour me dire le plus adorablement possible :
"Maman, je veux un bib...siltepélé"

D'habitude, la fonction réveil de mon portable fonctionne assez bien mais là je suis incapable de me souvenir où il est.

Maman vient à 8h avec sa voiture 5 places (la notre n'en a que 4) et ses glacières débordantes de nourriture alléchante, rien n'est prêt, personne n'est réveillé à part moi...et vu l'état dans lequel je suis, je suis plus proche du sommeil que de son contraire...

"Chéri, il est 7h23. On est super à la bourre ! Tu vas chercher le pain ? Merci Askim."
"Loulou, lève-toi mon ange. C'est plus que l'heure et on est super en retard."
"Chouchou, debout ma pupuce. Lève-toi. Aujourd'hui, on va à Europa Park faire la fête."

Ok, c'est pas super top comme réveil mais je suis restée polie...même si le stress voile ma voix et la rend encore plus rauque de d'habitude.
J'ai des circonstances atténuantes : j'ai pas dormi ou presque, on est à la bourre et pour une fois, je voudrais ne pas être trop en retard à défaut d'être ponctuelle pour faire plaisir à ma Maman d'amour.

Entre nous, je me voile méchamment et lâchement la face : on y arrivera jamais dans les temps !

Bon gré, mal gré, tout le monde se lève et s'étire douloureusement, surtout Askim et moi.
Océ s'habille à la vitesse de l'éclair et commence à préparer les sandwichs avec son beau-papa chéri (c'est vrai qu'il est beau, même le matin au réveil).
Alex et moi, nous habillons. Heureusement que les fringues sont prêtes depuis hier soir.
Au moins un truc qui se déroule comme prévu.

Impossible de faire l'impasse sur la case maquillage. Anticernes et mascara tentent de me donner figure humaine, sans ça, j'ai l'air d'une morte-vivante.

Pendant ce temps, ma fille aînée et mon homme se chargent de tout et assurent comme des bêtes. Que ferais-je sans eux ?
Et une raison de plus de les aimer encore plus fort...comme si j'en avais besoin...je suis folle de mes filles et de mon mec.

Merde les œufs ! Vite, vite, Océ les fait cuire. Quel amour cette gamine !!
Crème solaire, casquettes, gilets et vestes au cas où, nourriture, boissons, argent liquide...je ne crois pas avoir oublié quelque chose...sinon tant pis !

Tout se passe bien et nous partons à 8h tapantes.

Nan, je rigole, on part à 9h02.
Heureusement que mon cher papa, malade de la ponctualité, n'est pas du voyage !
1 h de retard justifie largement, à ses yeux, une séance de torture mentale...

Maman, elle, est super cool.
Elle attend tranquillement, donnant un coup de main deci-delà, sans stresser.
Le stress lui vient de son mari et de ses réflexions.
Sans lui, c'est un exemple de zen attitude.
Un vrai régal cette femme, la meilleure des mamans du monde.

On arrive à 10h15 à Europa Park et le parking est déjà blindé.
Des centaines de voitures me narguent sans vergogne, le soleil tape déjà dur et j'ai un bien sombre pressentiment...je vais en baver !

Mon cher et tendre a mal au genou (il ne dit rien mais je le vois bien).
J'ai le dos en compote suite à lumbago mal soigné, non pas soigné.
Maman redoute la chaleur écrasante et le manque d'air à cause de son asthme.
Quelle belle brochette d'éclopés nous faisons !

Océ gambade, court dans tous les sens, comme un jeune chiot impatient.
Avec une voix rendue aiguë par l'excitation, elle me décrit tout ce qu'elle voit, ce qu'elle a déjà fait et compte faire aujourd'hui.
Son débit de parole est phénoménal ! Il explose facilement le quota journalier des 15000 mots et j'en ai déjà la tête qui tourne.
Maman, qui connaît bien sa fille et sa petite fille, prend les choses en main avant que je ne craque et éloigne le moulin à paroles de mes oreilles encore toutes endormies.
Je vous l'avais bien dit, c'est la meilleure maman du monde !

Et Alex ? Elle est sagement assise dans sa poussette cane (quelle formidable invention ce truc ! Merci M. Cane ou M. Poussette, je ne sais pas...) et pose un regard inquiet sur tout ce qui l'entoure.
Pas vraiment rassurée la nénette...et quand Alexane a les pétoches, elle observe et se tait, un vrai régal pour mon cerveau !

On arrive devant l'entrée du parc et je manque m'enfuir à la vue du monde qu'il y a.
OK, je sais, on n'avait qu'à partir plus tôt.
C'est bon, pas la peine de jouer à imiter mon papa...j'ai déjà un râleur-culpabilisateur, pas besoin d'en rajouter...lol !

Et on commence à attendre...

On attend pour entrer.

On attend pour aller au WC :
toute une journée à courir dans tous les coins...pas question de changer 15 fois de tenue !
Pour Alex, ce sera l'option couche culotte, point barre.
Que les mères parfaites protestent, que super Nanny s'insurge, m'en fous !
Ça m'a l'air déjà assez galère comme ça.

On attend pour chacune des attractions.
Certaines plus que d'autres : 45 mn - 1h - 1h30 d'attente...ça dépend de l'originalité, de la fréquentation, de la nouveauté de l'attraction.
Tout ça pour 3 à 4 minutes de frissons...je trouve ça cher payé mais bon.
Les chiffres du temps d'attente défilent devant mes yeux et je me répète pour la énième fois : je vais en baver !

Comme Océ adore les trucs à sensations, qui font peur et chatouillent désagréablement le ventre et que je ne supporte même pas la vue de ces machines à vomir, c'est beau-papa chéri qui s'y colle. Il attend, beaucoup et frissonne, un peu.

Pendant ce temps, Alex, Mam et moi, nous nous promenons dans les différents quartiers : français (c'est le meilleur, of course !), allemand, italien, anglais...à la recherche de manèges pour notre schroumfette.
Le portable de mon homme ne passe pas. Impossible de leindre mais avec l'attente qu'il a, on a bien une bonne demie heure de liberté.

Demi-heure aussitôt utilisée à visiter les environs, pressées par une foule dense et internationale.
Français, Allemands, Anglais, Hollandais, Belges, Italiens, Espagnols...ce parc est une représentation vivante de l'Europe.
A priori c'est plutôt pas mal, dans les faits, ce ne sont que bousculades et manque presque total de respect. J'ai horreur qu'on me bouscule sans même s'excuser. Ce genre de truc a le chic de me foutre en rogne...ce dont je n'ai vraiment besoin aujourd'hui !

J'essaye de faire une photo d'Alexouille en compagnie de sa sœur et de la souris géante, mascotte du parc, mais ses cris font se retourner tous les regards vers nous. Elle semble terrifiée, les yeux agrandis, le visage figé dans un cri.
Ok, ok, on se calme...Pas la peine de s'énerver. 
On y va, on va mettre la plus grande distance possible entre la souris géante et nous. C'était juste une idée comme ça...
Comme supermaman, j'ai l'impression horrible d'être une mère indigne, rien que d'en avoir eu l'idée.

Honteuse, je renonce à ma photo souvenir et on s'éloigne bien vite.

Au détour d'un chemin, dans le joli quartier français (bon là c'est du chauvinisme pur parce qu'il n'est pas mieux que les autres...), on découvre un atelier de maquillage.
Pour la modique somme de 4€ (ah quand même !), ma mini crotte d'amour se transforme en adorable petit lapinou blanc-rose et noir.
Elle est à croquer !
Toute fière, elle exhibe son maquillage et ses paillettes à qui veut bien la regarder, son sourire éclatant sur les lèvres.
Et comme elle a un charme fou, la magie opère et les gens se retournent sur le passage de mon ange et ses mimiques de princesse.
Je suis très fière, j'ai les chevilles qui enflent dangereusement et je ne suis pas la seule...Maman a grandit de quelques centimètres depuis qu'elle a vu sa petite fille et son regard semble dire à tous : "Vous avez vu comme elle belle et sage ? C'est MA petite fille !" C'est super touchant.

Ca a plutôt intérêt à l'être...l'air de rien on a déjà pas mal claqué...
L'entrée est quand même à 30€ par personne, sauf pour les puces de moins de 5 ans je crois. 30€ - 120€ pour nous 4.
C'est une sacré somme, presque 800F ! Rien que d'y penser en Franc français, j'ai la tête qui tourne.

Presque une heure plus tard, mes amours, adeptes des frissons et de la vitesse, nous rejoignent.
Devant le flot de gens qui se pressent tout autour de nous et les heures d'attente qui nous attendent, nous prenons la décision de nous séparer, dès qu'on aura trouvé le quartier des petits, histoire que la puce puisse, elle aussi, profiter du parc.

Toboggans, bateau pirate, manège de drakkar viking, petit ruisseau délicieusement glacé avec des cailloux glissants un peu partout, nous trouvons l'aire de jeux pour les petits. On s'y installe et je soulage mon dos douloureux en laissant mon homme courir après sa fille chérie.

Je sais, ce n'est pas sympa puisqu'il a lui-même mal au genou mais je suis déjà sur les rotules, tandis qu'il semble avoir des réserves d'énergie qui me manquent cruellement. Et puis, c'est lui qui l'a proposé.
C'est pas de ma faute s'il est super gentil, il profite de son bébé d'amour, moi je profite du banc à l'ombre.
Maman reste avec moi pour papoter, pendant que Loulou teste les toboggans géants avec délice.
Papa court après sa fille, inquiet comme le papa poule qu'il est.
C'est charmant de voir ce grand gaillard qui tremble à l'idée que sa princesse puisse se blesser.
Il a tendance à trop la couver et moi je trouve ça super touchant.

Quand on se retrouve, je mitraille tout le monde avec ma caméra-appareil-de-photo, je plonge mes pieds gonflés dans l'eau glacé du mini ruisseau et franchement je commence à savourer cette journée.

Je fais même un manège avec mes filles : une espèce de tour, avec des sièges autour et une corde au milieu. Le but est de tirer sur la corde pour arriver tout en haut et ensuite de se laisser glisser vers le bas.
J'ai facilement le vertige mais là je m'éclate.
La sensation est douce, les chatouillis dans le ventre pas du tout désagréables, j'aime bien et mes filles aussi.
Même Maman s'y essaye et semble y avoir pris plaisir.

Les 2 casse-cous partent de leur côté, nous 3 du notre...Tu parles d'une journée en famille !
Les 3 "facilement malades" que nous sommes jettent leur dévolu sur les petits radeaux pirates.
On glisse doucement sur l'eau. Un petit vent frais nous chatouille la peau. La vue est magnifique. Des canards viennent nous dire "bonjour" et surtout espèrent manger le sandwich au Nutella d'Alex.
C'est un vrai plaisir !

Coup de fil aux 2 "qui n'ont peur de rien sauf de s'ennuyer" et on se donne rendez-vous pour le repas de midi.
Nos estomacs grognent et moi j'ai envie d'avoir tous mes chéris autour de moi, telle la mère poule de base.

On mange sous un tunnel, près du parking, juste en-dessous de l'attraction de folie qu'est le Silver Star.
La vue n'est pas top, puisqu'il s'agit de dizaines de voitures entassées sur le parking brûlant mais il y a un bon courant d'air frais.
Très vite, on s'habitue aux bruits métalliques du Silver Star et aux hurlements hystériques des nanas.
On a tous faim et quand on a faim, on mange, pas question de se laisser déranger pour quelques cris et grincements.

Après manger, on se pose sur une terrasse d'un resto français.
Ce n'est pas par chauvinisme cette fois-ci c'est uniquement parce que les glaces sont bonnes et pas trop chères.
C'est là que j'ai goûté ce fameux café liégeois si délicieux. Un vrai régal !

Océ trépigne d'impatience et je vois bien que mon Askim est super crevé.
Son genou doit le faire beaucoup souffrir car il boîte vraiment beaucoup.
J'ai pitié de lui et je ne supporte pas qu'il souffre, même pour le ravissement de ma chère fille aînée.
Je temporise, hausse le ton, fais les gros yeux et le message semble passer.

Allez, je vais en amoureuse avec ma grande princesse dans la caverne des dinosaures. Mince, le rideau de fer est baissé.
Ok, il est presque 18h mais bon, le parc ne ferme que dans 1h30...faut pas déconner !

Pour lui changer les idées, on va, la mini crotte, la moyenne et moi à l'atelier de maquillage.
Celui d'Alex a coulé de partout et Océ n'a pas encore eu le sien.
La grande choisit "On the Beach" et la petite jette son dévolu sur "Eisbäre" (ours blanc). Pendant qu'elles se font maquiller comme dans leurs rêves, je vais à côté pour me faire tatouer une tête de licorne sur le haut du sein droit, avec de l'encre noire.
Ca ne tiendra probablement pas longtemps mais bon j'aime les tatoos et j'espère, secrètement, faire rager Mam qui les déteste...c'est mon côté polissonne...

Elles sont superbes ! J'essaye de mettre des photos sur le blog dès que possible.
Maman et son gendre préféré sont sous le charme.
Un coca bien frais plus tard, Océane et moi allons à la caverne des dino.
J'adore Alexane, être avec elle est un vrai plaisir, enfin la plupart du temps, mais j'ai aussi le besoin de faire des trucs avec sa sœur, toutes les 2 en amoureuses.

Notre départ déclenche de grosses larmes, très vite épanchées par une grand-mère attentive et un papa fou de sa fille.

La caverne des Dino est très sombre et tout ce noir fait un peu peur.
Je déconne en poussant des râles, des "ahhhhhh" de fantôme et donne une idée au mec qui s'occupe de cette attraction.
Nous partons doucement, cahin-caha sur les rails et tout à coup, quelqu'un se jette sur nous en criant "Ouh !".
C'est le mec d'avant.
Il nous a bien eues, même moi il m'a effrayée et nous rions un bon coup tous les 3.

Les dinos sont en plastique moulé, automates, ils ont des mouvements saccadés et leurs hurlements ne ressemblent pas à grand chose. Mais bon, c'est marrant.

Presque à la sortie d'un tunnel très sombre, presque noir, juste avant l'arrivée, le mec remet ça et nos cris aigus le mettent en joie. Nouvelle rigolade !
Pauvre gars, il ne doit pas se marrer souvent dans son job.
Je suis contente de l'avoir fait rigoler un peu. J'adore voir les gens heureux, même ceux que je connais pas.
Un sourire est toujours un met de choix que j'apprécie et qui ne m'a jamais collé de crise de foie...

Nous sortons de la caverne et pour une raison inconnue, probablement un coup de chaud ou de folie, je propose à ma princesse "on the Beach" d'aller faire un tour dans les avions qui se trouvent juste à côté de la boule argentée (Eurosat ?).

Le regard plus qu'étonné de ma fille aurait du me mettre la puce à l'oreille...
Elle sait que je suis très facilement malade, que je déteste les manèges pour cette raison.
Inconsciente de ce qui va m'arriver, je prends place dans un avion à peine assez grand pour me contenir et Avanti !
Misère !
Au début ça tourne tout cool, et soudain ça part. Un coup en bas, un coup en haut. J'ai frissons oh combien désagréables dans l'estomac et prie que cela prenne fin vite, très vite. Je cache mon malaise et mes nausées derrière une fausse peur et Océ est morte de rire.
Quelle sadique cette gamine ! Lol !

Mon visage a du changer de couleur car elle finit par me demander, inquiète, si ça va.
Je ne veux pas lui gâcher sa journée, même si je sais que maintenant la mienne l'est, et je déconne à qui mieux-mieux.

On retrouve les reste de notre famille, je leur explique ce que nous venons de vivre, enfin surtout moi mais mon visage semble exprimer ce que je ressens.

Tout le monde est crevé, sauf les filles bien sûr !
Nous autres adultes sommes sur les rotules, elles, enfants de feu pètent la forme et refusent de partir.
La grande fait sa tête d'ado, à savoir, elle tire une tête de 6 pieds de long pendant que la petite tape du pied et fronce ses si jolis sourcils.
2 chieuses dans l'exercice de leurs fonctions : nous pourrir la vie...

Sauf que là, les 3 grands souffrent vraiment trop pour continuer. On décide d'aller à la voiture et c'est avec une joie incroyable que nous prenons le chemin du retour.

La mistigri s'endort très vite. Océ semble trop crevée pour parler. Alp conduit cool, pendant que Maman et moi essayons de parler malgré le bruit que fait la Peugeot de mes parents.
C'est difficile mais nous sommes tenaces et puis nous avons notre traductrice-répéteuse de Louloute sous la main.

Moins d'une heure plus tard, nous sommes enfin chez nous.
Tous mes muscles se rappellent à mon bon souvenir, je suis fourbue.
Alex refuse de se réveiller, Océ ne fait preuve d'aucune patience et mon homme semble beaucoup souffrir.

Il faut monter les glacières, tout ranger, préparer le repas...j'ai pas envie !
Je ne suis pas fatiguée, je suis éreintée, j'ai mal partout et surtout j'ai envie de me plonger dans mon livre d'Anita Blake.
Tout le monde va se doucher, sauf moi (je passe toujours la dernière), se met en pyjama, sauf moi, mange, sauf moi.
J'ai besoin de calme pour faire tout ça, aussi vais-je attendre que tout le monde soit couché pour m'occuper de moi.
Pour l'instant, je lis.
Mon mec à moi donne une douche à la petite.
La grande regarde "Deseperate Housewifes", le regard fixe, complètement dans sa série.
Alex, elle, veut nager dans la baignoire, je la laisse faire.
Au bout d'un 1/4 d'heure, je vais la chercher, la sèche, la met en pyj.
Un bib et hop au lit !
Elle préfère un bonbon mais je dis "Stop !"
Elle boit son bib, je lui raconte l'histoire de Boucle d'or, revisitée par moi of course et elle s'endort enfin.
Entre temps Océ nous a rejointe et sombre très vite dans un lourd sommeil. Il ne lui en faut pas beaucoup pour s'endormir...si seulement la petite était pareille...

Mon homme a préféré la télé de la chambre plutôt que de se taper les histoires improbables des pauvres nanas riches de Mysteria Laine (???). 
Il regarde la télé en suçant 2 di antalvic, sa tête menaçant d'exploser au moindre mouvement.

Et moi ? Je me suis jetée sur mon bouquin jusqu'à ce qu'un mal de tête carabiné m'empêche de lire.

Depuis quelques heures déjà, je tapote sur mon clavier pour vous inviter dans ma petite vie sage.

Alors plaisir ou galère ?

Plaisir de voir les filles heureuses, galère d'être montée dans ce fichu avion qui m'a retourné l'estomac.

Plaisir d'être en famille, galère qu'on ait pas tous les mêmes envies et qu'il ait fallu se séparer une bonne partie de la journée.

Plaisir d'avoir passé des moments merveilleux tous les 5, galère d'avoir du autant marcher et attendre.

A chaud : c'est un grand plaisir et aussi une bonne grosse galère.

Mais faites le test vous-même...et puis vous me raconterez...

Il est 6h37 du mat.
La fatigue commence à faire effet.
Mes paupières deviennent incroyablement lourdes.
J'ai mal partout...

Je vous bize.

Sandaï qui comme un hippopotame, baille.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Sandaï
  • Le blog de Sandaï
  • : Ce blog est mon journal intime virtuel où je jette les mots, les impressions, les sentiments et les émotions de la maman stressée, heureuse et parfois (souvent ??) débordée que je suis au quotidien...
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens