Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 janvier 2008 6 19 /01 /janvier /2008 01:05
 Waouhhh ! Quelle nuit !!
« Alexane a encore fait des siennes ?» me demandez vous ?
Et ben, non, pas cette fois-ci. Une fois n’est pas coutume.
Couchée sans aucun cri (yes !), ni aucun pleur, pas même une quelconque protestation, elle a dormi d’une traite, pour se réveiller comme une fleur, ce matin à 7h.
Elle a tendu les bras vers moi, avec un « mâââmon » des plus craquants, les yeux encore plein de sommeil, la peau toute douce et chaude…un vrai petit pain tout chaud, sorti du four : à croquer !!

Non ce n’était pas elle la cause de ma mauvais nuit. C’est une autre sorte de « microbe » qui a plombé mon sommeil…
Virus ou bactérie (attention, si c’est viral, pas d’antibio parce qu’ils le disent à la télé : « les antibiotiques c’est pas automatique ! ». Qu’est ce qu’ils ne feraient pas au gouvernement pour économiser du fric et s’octroyer une énième augmentation…Sans déconner les messages gouvernementaux sont d’un ringard !!)
Donc virus ou bactérie, j’ai subi l’assaut de mini trucs qui m’ont fait passer une nuit d’enfer (avec le feu, le diable et tout et tout).
Cauchemars, fièvre, courbatures, respiration sifflante et sueur à la limite du supportable (c’est là qu’on apprécie d’avoir le nez bouché…) rien ne m’a été épargné.
Je me suis réveillée plus fatiguée qu’hier soir, la tête comme dans un étau, la nuque raide, avec autant de force qu’un nouveau né sous alimenté.
Bref, sur les rotules !

J’ai, heureusement pour moi, une voisine super sympa qui a bien voulu emmener Océane à l’école. Franchement, je ne sais pas ce que j’aurais fait sans elle…
Probablement me traîner dans les escaliers, m’affaler dans la voiture, conduire comme une zombie, à l’aller comme au retour, remonter les escaliers avec Chouchou dans les bras (ça n’a l’air de rien mais c’est super dur ! Elle se laisse totalement aller dans mes bras et elle pèse beaucoup plus que ces 13 kg) et mettre des heures à m’en remettre. Alors Merci Evy et à charge de revanche !

« Et Alexane ? » me direz-vous.
Parfaite !! Consciente que sa « mâââmon » n’était pas bonne à grand-chose, elle a passé la matinée dans un rayon d’un mètre autour de moi, à me recouvrir de ses jouets (de peur que je ne m’ennuie), à frotter sa frimousse contre ma joue, à me grimper dessus (aïe aïe aïe mes courbatures !) tout en téléphonant à je–ne-sais-qui.
Vous ai-je déjà parlé d’elle lorsqu’elle téléphone ?
Non ? C’est tordant ! Hilarant ! Trop mignon !

Très sérieuse, déjà pro du haut de ses 20 mois, elle tient fermement le combiné contre sa joue (ben oui c’est pas facile de viser l’oreille à tous les coups) et elle raconte, dans son langage à elle, une histoire qu’elle est la seule à comprendre.
Ca donne à peu près ça :
« Allo ? Ana ma te peu eupikate, mâââmon. Euh teu meu ka meu papa ! Talin (câlin) ! Maci (merci). Eum, tonton, teu mamie, kamala teu Loulou non-non. Faufon (chaussons) mâââmon, babaané (grand-mère en turc) eupikate. Alu ! »

Très expressive, elle rit à certains moments, fait la moue à d’autres. Elle mime tout ce qu’elle dit avec son visage : les sourcils tantôt froncés, tantôt levés, la bouche étirée par un sourire ou fermée par une délicieuse petite moue qui lui vient de son papa.

Et les mains ! Ne pas oublier ses mains.
Agiles et rapides comme les ailes d’un colibri, elles se lèvent, se ferment, s’ouvrent et s’agitent sans arrêt. Elles ponctuent ses phrases de petits gestes et c’est super chou !

Pendant que je tape sur ce clavier et que je force mes pauvres neurones anémiés à travailler, Alexane dort.
« Où ? Dans son lit ? »
Non mais ça va pas non ? Faut pas rêver quand même ! Ah ces bonnes femmes qui veulent tout, tout de suite ! Pour l’instant, elle dort dans son lit la nuit…c’est déjà pas mal alors n’en demandez pas trop et soyez un peu plus patientes…Incroyable !
Non, elle dort sur le canapé-lit (en vérité c’est l’ancien lit une place d’Océane. Le canapé qu’on avait n’était vraiment pas confortable alors j’ai eu cette idée de convertir ce vieux lit en nouveau canapé-lit…quand on a pas de fric, faut bien avoir des idées…).
Elle y est tombée comme une masse, en vrac et je n’ai pas eu le cœur à la réveiller. Après tout, tant qu’elle dort sans me gêner, elle peut bien dormir dans le salon ou dans la baignoire…L’essentiel c’est qu’elle ait compris que le dodo de la nuit c’est DANS SON LIT et nulle part ailleurs. Et ça il semblerait qu’elle ait compris…Semblerait hein ! Je ne vais crier victoire trop vite !

C’est trop chou ! Chouchou dort sur le côté gauche, paisible, détendue, si jolie qu’on n’a qu’une envie : la manger de bisous…Sauf que ce n’est pas une bonne idée…
Petit clin d’œil à Yasmi qui sait de quoi je parle…
Quand les enfants sont réveillés, qu’ils bougent, jouent et crient on n’a qu’une envie : qu’ils se couchent pour que l’on puisse un peu profiter du silence et de soi…Et quand ils dorment, enfin silencieux, à croquer dans le sommeil, on n’a qu’une envie : les embrasser, les serrer contre notre cœur, au risque de les réveiller…Hein Yasmi ?

Alors j’en suis là, à observer ma petite puce, tiraillée par l’envie de la papouiller, émue par tant de douceur, de beauté et de délicatesse, fière d’en être l’heureuse maman et étonnée d’avoir réussi à donner la vie à un si joli bébé.
Elle dort paisiblement, bercée par les RONRONRONRON d’Ambre qui s’est collée à elle.
Tableau touchant et étonnant (car Ambre est une chatte devenue sauvage qui ne réserve généralement ses largesses qu’à sa maîtresse, à savoir moi) que j’ai réussi à fixer, pour toujours j’espère, dans mon appareil numérique.

Promis, dès que j’ai une minute et quelques centaines de neurones en état de fonctionnement, j’irais insérer les photos les plus choux sur mon blog, rien que pour vous faire partager ce tendre moment d’intimité.

En attendant, je suis seule à en profiter et croyez moi, je m’en mets jusque là !
Océane est encore à l’école, elle rentrera après 16h mais mon chéri est déjà là.

Et vous savez quoi ? Il lit mes articles !!!

Oui, j’ai bien dit MES articles. Là en ce moment même. Et ça, ça me fait hyper plaisir.
Généralement, il n’aime pas lire et voir qu’il se plonge dans mes modestes écrits avec autant assiduité me ravit. Il est super concentré et répond à peine quand je lui parle, preuve de sa concentration.
Il semble même désolé de devoir interrompre sa lecture pour me laisser la place devant le pc. C’est dingue !

Ca me donne envie de continuer malgré la mini pression que je ressens les derniers temps.
Ben oui, j’ai commencé à écrire pour évacuer ma peine et ma colère, comme je l’ai toujours fait et c’est un peu par bravade que j’ai créé un blog, pour être à la page, pour le fun quoi !
Mais jamais je n’aurais pu imaginer que des amies et même des gens que je ne connais pas puissent me lire, aimer ça et attendre la suite avec impatience !
C’est énorme pour moi ! C’est génial ! C’est super gratifiant mais c’est aussi un peu stressant…Je n’ai pas envie de vous décevoir.

Quand je commence à pianoter sur mon clavier c’est pour raconter ma vie, digérer les news du jour et évacuer tout ce qui me gonfle mais c’est aussi dans l’espoir de vous faire sourire et par là vous rendre la joie et le bien-être que vous m’avez donné avec vos messages.

C’est vraiment tout nouveau pour moi cet attrait et ce plaisir que je sucite en écrivant et c’est super grisant !
Sans prendre la grosse tête, j’éprouve du plaisir à vous imaginer en train de me lire et pour ça, comme pour le reste, je vous remercie du fond du cœur.
Dans les témoignages que j’ai trouvé sur la dépression, j’ai souvent lu que le plus dur c’est de recommencer à vivre, c’est de reprendre pied dans la réalité et dans la vie.
Et ben c’est vrai !

Avec le temps, les soucis, les échecs, on perd graduellement, insidieusement, ses repères, sa confiance en soi, et pire encore, l’estime de soi.
Et oui, ce n’est qu’en s’ouvrant aux autres, en faisant l’effort d’aller vers les autres qu’on redécouvre le plaisir, la confiance et cette estime indispensable au bonheur personnel.
Alors merci à vous d’avoir répondu à mon appel au secours et d’avoir su me redonner confiance en moi et en la vie.
C’est une dette que je compte bien rembourser en mots et en phrases, si possible saupoudrés d’humour et de tendresse.

Heureusement que je suis une « horrible » bavarde qui n’a pas pu utiliser ses 8000 mots quotidiens depuis bien longtemps…! C’est aussi ça, le congé parental ! Ca me fait une tonne de choses insignifiantes à raconter…et vous une tonne de conneries à lire.
Bon deal que voilà !

Ah Chouchou vient de se réveiller !
La fifille à son papa vient d’ouvrir les yeux et je vois mon homme se liquéfier de tendresse. Quel joli tableau ! Dommage qu’Alp ne veuille pas que je le photographie…ils sont si mignons tous les 2 !
Imaginez la petite puce perdue dans les grands bras costauds de son chamallow de papa. On dit toujours que plus ils sont grands, plus ils sont tendres et ben c’est vrai pour mon chéri. Sévère quand il le faut, il ne loupe pas une occasion pour nous prouver à Alexane, Océane ou moi, tout l’amour qu’il a pour nous. Une perle ce mec !
Ils se regardent amoureusement et moi je les couve d’un tendre regard. C’est la famille du bonheur !

Seul bémol ! L’absence de Loulou. Dès qu’elle sera là, le tableau sera parfait et notre bonheur complet. Elle ne va plus tarder maintenant.
 
Ca y est, tout le monde est là. La famille recomposée est au complet.
Ca donne quoi ?
2 mini crottes qui se disputent, un Alp qui lève les yeux au ciel et une Sandy qui soupire. Notre quotidien quoi !
Allez, je vous laisse. Je vais jouer les arbitres dans le combat qui se déroule sous nos yeux en distribuant, équitablement sinon y a risque de meurtre, les bisous, les remontrances et les câlins.
S’en suivra probablement une séance de torture de mon crû : chatouillis sous les bras, bisous dans le cou et prouts sur le ventre.

C’est super efficace pour faire retomber les passions et calmer les disputes, par contre je vous le déconseille pour calmer tout court. Après une telle séance, les filles sont excitées comme des puces, moi aussi à vrai dire.
Mais rien de mieux pour rigoler un bon coup et en plus c’est gratuit !
Posologie : au moins une fois par jour mais sans aucune modération.
Durée du traitement conseillé : à vie !
Ca remplace efficacement tous les anti-dépresseurs connus et ça ne creuse pas le trou béant de la sécu. C’est déjà ça de gagné.
 
Peut-être à toute à l’heure quand la maison sera redevenue calme.
En attendant, Bisous plein !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Sandaï
  • Le blog de Sandaï
  • : Ce blog est mon journal intime virtuel où je jette les mots, les impressions, les sentiments et les émotions de la maman stressée, heureuse et parfois (souvent ??) débordée que je suis au quotidien...
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens